la tête dans les nuages

Levez les yeux ! C'est moi qui passe sur vos têtes,
Diaphane
 et légerlibre dans le ciel pur ;
L
'aile ouverteattendant le souffle des tempêtes,
Je
 plonge et nage en plein azur.

Comme
 un mirage errant, je flotte et je voyage.
Coloré
 par l'aurore et le soir tour à tour,
Miroir
 aérien, je reflète au passage
Les
 sourires changeants du jour.

Le
 soleil me rencontre au bout de sa carrière
Couché
 sur l'horizon dont j'enflamme le bord ;
Dans
 mes flancs transparents le roi de la lumière
Lance
 en fuyant ses flèches d'or.

Quand
 la lune, écartant son cortège d'étoiles,
Jette
 un regard pensif sur le monde endormi,
Devant
 son front glacé je fais courir mes voiles,
Ou
 je les soulève à demi.

On
 croirait voir au loin une flotte qui sombre,
Quand
, d'un bond furieux fendant l'air ébranlé,
L
'ouragan sur ma proue inaccessible et sombre
S
'assied comme un pilote ailé.

 

 

 

Le nuage 
Poèmes de Louise Ackermann